Triplé du tramway en fin d'année - VRT du 27 novembre 2012

Triplé du tramway en fin d'année

Avec trois mises en service de prolongements de ligne en un mois, pour un milliard d'euros de travaux, le tramway marque son retour en force en Ile-de-France. Et ce n'est pas fini: en 2020, dix lignes sont programmées, contre quatre actuellement. Et un million de voyageurs par jour y sont alors attendus.

 

Avec deux inaugurations en cinq jours, l'Ile-de-France vient de vivre sa semaine du tramway. Mieux: elle amorce un mois exceptionnel pour la mise en vitrine de ce mode de transport. Il s'achèvera ce 15 décembre avec la fin du plus important projet de ce type, le prolongement du T3, qui relie jusqu'à présent le pont du Garigliano à la porte d'Ivry Au total, pour les 24 nouveaux kilomètres de ces trois lignes mises en service avant la fin de l'année, le montant des travaux représente plus d'un milliard d'euros. Sans oublier, sur la facture, plus de 150 millions d'euros pour les rames supplémentaires nécessaires à une exploitation optimisée de ces prolongements.

La fin de l'année 2012 ne marquera d'ailleurs pas un point final pour ce grand retour du tramway puisque d'ici 2020, le réseau devrait compter une dizaine de lignes. A la clé: le nombre de voyageurs pourrait alors atteindre le million chaque jour. Dans trois ans seulement, l'Ile-de-France devrait être la troisième région en Europe pour son réseau de tramway, après Prague et Budapest, en nombre de personnes transportées.

Disparu au cours de la première moitié du XXe siècle, le tramway revient donc en force en Ile-deFrance. Jugé performant et fiable par ses voyageurs, ce mode de transport est particulièrement apprécié en Ile-de-France comme en témoignent les chiffres de fréquentation. Pour les quatre premières lignes, depuis la mise en service de la ligne T1 , les prévisions initiales ont été régulièrement explosées. C'était donc il y a vingt ans, en 1992. Ce 15 novembre, la première des mises en service d'un prolongement avait un goût de « retour vers le futur», selon l'expression du président de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon. Celle du prolongement du tramway T1, justement, de la gare de Saint-Denis à la station de métro des Courtilles à Asnières sur la ligne 13.

C'est « la renaissance du tramway dans une logique de réseau maillé qui se met en place », comme l'a souligné Pierre Mongin, PDG de la RATP Jean-Paul Huchon accentue, de façon illustrée, le plaidoyer en faveur de ce mode de transport: « Le tramway c'est l'équivalent de six bus. Et c'est dix fois moins cher qu'un métro. C'est dont d'un excellent rapport qualité prix. »

Cette première ligne du « nouveau » tramway parisien va jouer, avec son prolongement de 5 km et ses dix nouvelles stations, « le trait d'union entre 93 et 92 ». En correspondance avec la ligne C du RER à la gare de Gennevilliers, avec le RER D en gare de Saint-Denis et avec la ligne 13 du métro aux Courtilles, il devrait acheminer 43 000 voyageurs par jour pour lesquels le temps de trajet sera réduit de moitié par rapport à celui du bus. Coût total du projet: 150 millions d'euros, soit 30 millions au km.

Ce 19 novembre, c'était au tour de la ligne de tramway T2, qui relie la porte de Versailles à la Défense, d'être prolongée au nord jusqu'au pont de Bezons. Cette fois, c'est donc un trait d'union entre Hauts-de-Seine et Val-d'Oise, grâce à un prolongement de 4,2 km doté de sept nouvelles stations. Entre la Défense et Bezons, le T2 dessert 32 000 habitants et 19 000 emplois et il devrait permettre d'acheminer plus de 58 000 personnes supplémentaires par jour. Coût total de l'opération: 223,5 millions d'euros, soit 53,2 millions au kilomètre. Un coût particulièrement important qu'expliquent deux difficultés majeures. C'est la configuration particulière de la Défense, très complexe, et les difficultés techniques pour sortir du quartier d'affaires vers le nord. Cela a nécessité la création de deux nouveaux accès à la Défense, le doublement de la longueur d'un quai, un passage sous les voies du Transilien... C'est, aussi, l'important chantier du pont de Bezons, classé monument historique et qu'il a fallu sérieusement conforter pour y faire passer le tramway.

Le 15 décembre, ce sera au tour du T3 d'être prolongée au nord de la porte d'Ivry jusqu'à la porte de la Chapelle en 2 arcs, avec une correspondance à la porte de Vincennes. Le T3a circulera de Pont-du-Garigliano à Porte-de-Vincennes et le T3b de Porte-de-Vicennes à Porte-de-la-Chapelle. « Un très long parcours, techniquement très difficile » comme le fait remarquer Jean-Paul Huchon pour en justifier le coût. Sur le prolongement de 14,5 km pour 26 nouvelles stations, 165 000 voyageurs par jour sont attendus. Coût du projet: 652 millions d'euros, soit 45 millions du km. Ce prolongement ne marque d'ailleurs pas un point final pour la renaissance du tramway dans la région. L'an prochain, des lignes vont être créées. Avec la mise en service entre Saint-Denis et Garges-Sarcelles, au second semestre 2013, du T5, tramway sur pneu, puis celle du T7, en fin d'année, entre Villejuif et Athis-Mons. Puis, programmés pour 2014, le T6 entre Châtillon et Viroflay et le T8 entre Saint-Denis-Epinay-sur- Seine et Villetaneuse. Selon les responsables du Syndicat des transports d'Ile-deFrance, ce sont alors plus de 830 000 voyageurs qui prendront tous les jours le tramway sur 105 kilomètres et 187 stations. Et puis, avec les tramways entre Clamart et Antony et entre Paris et Orly-Ville, aujourd'hui encore à l'étude, le nombre de voyageurs pourrait atteindre le million au quotidien.


Dix lignes ouvertes en 2020

- T1
  • Prolongement de la gare de Saint-Denis à Asnières-Gennevilliers-Les Courtilles 5 km pour dix nouvelles stations. Coût du projet en infrastructure: 150,03 millions d'euros soit: 79 millions pour la Région Ile-de-France (52,85 %), 38 millions pour les Hauts-de-Seine (25,47 %), 30 millions pour l'Etat (19,85 %) et 3 millions pour la RATP (1 ,83 %). Coût du projet en matériel roulant: 13,7 millions pour neuf rames, financés par la RATP. Exploitation: RATP. Mise en service: 15 novembre 2012. 
  • Prolongement des Courtilles à Colombes Objectif: desservir Asnières, Bois-Colombes et Colombes jusqu'à la ligne de tramway T2. 6 km pour 11 à 12 nouvelles stations. Coût d'infrastructure: estimé entre 125 et 135 millions, selon le tracé choisi, sans intégrer les acquisitions foncières. Coût du matériel roulant: estimé à 37,5 millions d'euros. Début des travaux: 2014. Mise en service: horizon 2017
  • Prolongement de Noisy-le-Sec vers Val-de-Fontenay Objectif: desservir Noisy-le-Sec, Romainville, Montreuil, Rosny-sous-Bois et Fontenay-sous-Bois. 8 km pour 15 nouvelles stations. Coût d'infrastructure: estimé à 380 millions d'euros. Coût du matériel roulant estimé à 45 millions. Début des travaux: 2013-2014.
- T2
  • Prolongement de la Défense à Pont-de-Bezons 4.2 km pour 7 nouvelles stations. Coût d'infrastructure: 223,50 millions d'euros soit: 146 millions pour la Région (65 %), 39 millions pour l'Etat (17,5 %), 20 millions pour les Hauts-de-Seine (9 %), 13 millions pour le Val-d'Oise (6 %) et 5,5 millions pour la RATP (2,5 %). Coût du matériel roulant: 53 millions pour 12 rames, financés par la RATP. Exploitation: RATP. Mise en service: 19 novembre 2012.
- T3 T3a et T3b
  • Prolongement de Porte-d'Ivry à Porte-de-Vincennes (T3a) et à Porte-de-La-Chapelle (T3b) Particularité: le T3 prolongé sera exploité en deux arcs, avec une correspondance Porte de Vincennes, ceci afin de préserver la fréquence et la régularité des temps de parcours. 14,5 km de prolongement pour 26 nouvelles stations. Coût de l'infrastructure: 652 millions soit: 583 millions d'euros pour la Mairie de Paris (73 %) et 218 millions pour la région (27 %). Coût du matériel roulant: 86 millions d'euros pour 25 rames, financés par le Stif. Exploitation: RATP. Mise en service: 15 décembre 2012.
  • T3b. Prolongement de Porte-de-la-Chapelle à Porte-d'Asnières Objectif: accompagner le développement des quartiers situés au nord et au nord-ouest de Paris (Batignolles, Porte d'Asnières...) 4.3 km pour 8 nouvelles stations. Coût des infrastructures: estimé à 205 millions. Coût du matériel roulant: estimé à 41 millions pour 12 rames, financés par le Stif. Mise en service: fin 2017.
- T4 Nouvelle branche de Bondy à Hôpital-de-Montfermeil
  • Objectif: répondre aux besoins des villes de Livry-Gargan, Clichy-sous-Bois et Montfermeil. 6,3 km pour 11 à 12 nouvelles stations. Coût du projet: estimé à 204 millions d'euros. Coût du matériel roulant: estimé à 65 millions d'euros pour 14 rames, financés par le Stif. Exploitation: SNCF. Mise en service: fin 2017
- T5 Saint-Denis - Garges-Sarcelles
  • Objectif: renforcer l'offre de transport sur la Seine-Saint-Denis et le Val-d'Oise. Particularité: un tramway sur pneus, le Translohr STE 3. 6,6 km de tracé pour 16 nouvelles stations. Coût de l'infrastructure: 163,132 millions d'euros, soit: 116,7 millions pour la région (71,5 %), 27,9 millions pour l'Etat (17,2 %), 16,3 millions pour le Val-d'Oise (10 %) et 2,2 millions pour la RATP (1,5 %). Coût du matériel roulant: 52 millions d'euros pour 15 rames, financés par le Stif. Exploitant: RATP. Essais et mise en service: 2013.
- T6 Châtillon - Viroflay
  • Objectif: améliorer les déplacements à l'ouest de Paris, renforçant l'offre entre Hauts-de-Seine et Yvelines. Particularité: tramway sur pneus, le Translohr STE 6. 14 km de tracé, dont 1,6 km en tunnel sous la forêt de Meudon, pour 21 nouvelles stations. Coût de l'infrastructure: estimé à 384,08 millions d'euros, soit: 190,58 millions pour la région (50 %), 76,43 millions pour les Hauts-de-Seine (20 %), 61,63 millions pour l'Etat (16 %), 52,08 millions pour les Yvelines (13 %) et 3,36 millions pour la RATP (1 %). Coût du matériel roulant: estimé à 137 millions pour 28 rames, financés par le Stif. Exploitant: RATP. Mise en service, progressive: à partir de 2014.
- T7 Villejuif - Athis-Mons
  • Objectif: permettre la desserte d'Orly-Rungis, premier pôle économique du sud de l'Ile-de-France. 11 km de tracé pour 18 nouvelles stations. Coût de l'infrastructure: estimé à 318 millions d'euros, soit: 234,4 millions pour la région (73,6 %), 54,2 millions pour le Val-de-Marne (17 %), 12 millions pour l'Essonne (3,8 %), 10,3 millions pour l'Etat (3,2 %), 5 millions pour la RATP (1 ,6 %) et 2,4 millions pour la communauté d'agglomération Les Portes de l'Essonne (0,8 %). Coût du matériel roulant: estimé à 53 millions pour 19 rames. Exploitant: RATP. Mise en service: fin 2013.
  • Prolongement d'Athis-Mons à Juvisy-sur-Orge Objectif: relier le pôle d'emplois Orly-Rungis au grand pôle intermodal de Juvisy-sur-Orge. 3,8 km de tracé pour 6 nouvelles stations. Coût de l'infrastructure: estimé à 198 millions. Coût du matériel roulant: estimé à 33 millions d'euros pour 12 rames, financés par le Stif. Mi-2015: début des travaux. Mise en service: 2018.
- T8 Saint-Denis - Epinay-sur-Seine Villetaneuse
  • Objectif: faciliter l'accès aux pôles d'enseignements et aux bassins d'emplois situés au nord-ouest de la Seine-Saint-Denis. 8,45 km de tracé pour 17 stations. Coût de l'infrastructure: 244 millions, soit: 190,3 millions pour la région (78 %), 46,29 millions pour la Seine-Saint-Denis (18,97 %), 5,3 millions pour l'Etat (2,17 %), 1,8 million pour Plaine-Commune (0,74 %), 0,3 million pour la RATP (0,12 %). Coût du matériel roulant: estimé à 43 millions d'euros pour 20 rames, financés par le Stif. Exploitant: RATP. Mise en service: 2014.
- T9 ? - Porte de Choisy - Orly-ville
  • Objectif: renforcer l'offre de transport sur Ivry Vitry Choisy et Orly. 10 km de tracé pour 20 stations. Coût de l'infrastructure: estimé à 330 millions d'euros. Coût du matériel roulant: estimé à 70 millions pour 22 rames, financés par le Stif. Début des travaux: 2016. Mise en service: horizon 2020.
- T10 ? - Anthony - Clamart
  • Objectif: renforcer l'offre dans le sud des Hauts-de-Seine. Environ 8,5 km de tracé. Coût de l'infrastructure: estimé à 225 millions d'euros. Concertation préalable menée par le Stif : début 2013.

Pascal Grassart

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau