Les “plus” du RER B

L'inauguration de seize gares modernisées du RER B, le 14 juin, marque l'achèvement de la première étape de l'amélioration de cette « ligne noire » empruntée dans sa partie nord par 300 000 voyageurs par jour et desservant 21 communes. Lancé par le Stif il y a dix ans, le plan RER B Nord+ replace l'usager au cœur du système, avec plus de trains, plus d'information, plus de services. Quid d'un plan RER B Sud+ ? Les études du schéma directeur du tronçon sud de la ligne ont débuté l'an dernier.
 
«On ne met plus des gares qui vont autour des trains qui passent, mais des gares qui sont conçues pour les voyageurs », a résumé, non sans humour, Pierre Serne, le vice-président (EELV) chargé des Transports au conseil régional d'Île-de-France, lors de l'inauguration officielle des 16 gares modernisées sur la partie nord du RER B, le 14 juin. Une portion empruntée par 300 000 voyageurs chaque jour, qui rejoignent l'une des 21 communes desservies. À ce jour, seules neuf gares sont achevées, les sept autres devraient toutes l'être à l'horizon 2014. Mais, après cinq années de travaux, et 250 millions d'euros investis, l'achèvement de la première étape vers la tant espérée amélioration de cette ligne noire, tout à la fois en termes de confort, de desserte et d'exploitation, valait bien une fête symbolique. C'est en fait la concrétisation du plan RER B Nord+ lancé par le Stif il y a maintenant dix ans. Et des +, les usagers devraient en voir : « le + symbolise, plus de trains, plus de services, plus de confort, plus d'attentions, plus d'information », a énuméré Bénédicte Tilloy, la directrice générale de Transilien SNCF.
 
La plus belle amélioration pour les voyageurs, ce sera sans doute la desserte : « Globalement, c'est 25 % de trains en plus ».
 
Concrètement, chacune des gares rénovées est accessible aux personnes à mobilité réduite (PMR) avec l'installation d'ascenseurs, des quais ré-haussés de 55 cm (ils étaient à 60 cm et les trains sont à 115 ou 120 cm), des bandes d'éveil. Sous la houlette d'Agnès de Deckaer, architecte de l'Arep, elles sont aussi devenues plus accueillantes avec des abris sur tout ou partie de la longueur des quais, un nouveau mobilier… sans oublier le système vidéo d'information voyageurs temps réel. « Le confort des gares, c'est important, surtout que parfois on y attend un peu trop longtemps… », a plaisanté Patrick Braouezec, président de la communauté d'agglomération Plaine Commune. De son côté, Gilles Poux, maire de La Courneuve, n'a pas boudé son plaisir, tout en rappelant qu'il aura fallu « plus de vingt ans de bagarre pour obtenir la rénovation de la gare. » « Nous avons fait suffisamment de réunions, de manifestations, de pétitions… pour être des élus satisfaits aujourd'hui », a renchéri Stéphane Troussel, président du conseil général de Seine-Saint-Denis.
 
Mais la plus belle amélioration pour les voyageurs, ce sera sans doute la desserte : à compter du 2 septembre, en heures de pointe, un train omnibus circulera toutes les 3 minutes entre Paris et Aulnay-sous-Bois et toutes les 6 minutes entre Aulnay-sous-Bois et Mitry-Claye/Aéroport-Charles-de-Gaulle. « Globalement, c'est 25 % de trains en plus, a rappelé Pierre Serne. Et pour une gare comme celle de La Courneuve, il y a une énorme différence puisqu'on passe de 8 à 20 trains à l'heure ». Parallèlement, la rénovation complète des trains MI79 se poursuit – 15 rames circulent aujourd'hui sur la ligne –, l'achèvement de l'ensemble du parc (119) étant prévu fin 2014.
 
Ce plan, c'est un pas vers l'égalité, a pour sa part souligné Daniel Goldberg, le président de la commission d'enquête parlementaire sur les RER et dont certaines propositions du rapport voient ici leur aboutissement : « mettre les usagers au cœur du système ; respecter l'égalité, pour qu'on ne soit plus défavorisé pour avoir accès à l'emploi quand on habite le 93… », a-t-il énuméré. Pour mémoire, pas plus tard qu'en novembre dernier, le maire du Blanc-Mesnil, Didier Mignot (PC), avait porté plainte contre la SNCF, la RATP et RFF pour discrimination, arguant de « difficultés récurrentes qui peuvent entraîner perte de salaire, refus d'embauche et contribuent à désorganiser, ou compliquer, la vie familiale ». Aujourd'hui, c'est la ville de Sceaux qui pétitionne… Son maire, Philippe Laurent (UDI) dit : « Stop à la galère du RER B » et réclame plus de ponctualité des trains, plus d'entretien, de meilleures conditions d'exploitation, une communication adaptée et un projet concret d'amélioration. Alors, à quand un plan RER BSud+ ? Les études du schéma directeur du RER B Sud ont été lancées par le Stif l'an passé et, dans un premier temps, il a promis un geste en faveur de l'information-voyageurs d'ici 2015-2016. En attendant, les utilisateurs de la partie sud de la ligne bénéficieront des progrès attendus du commandement unique RATP-SNCF. Depuis le 17 juin, un directeur de ligne unifié, Jérôme Lefebvre, est en fonction.

Les chiffres clés :
 
• Un investissement de 250 millions d'euros (25 % État, 25 % région Île-de-France, 50 % Stif), 16 des 47 gares,
• 4 départements concernés : Paris, Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis, Val-d'Oise,
• 11 gares entièrement accessibles aux PMR (23 ascenseurs),
• 21 communes directement desservies par le RER B au nord (40 km de ligne),
• 300 000 voyageurs (hors gare du Nord) quotidiens sur la partie nord et 900 000 sur la totalité font du RER B la deuxième ligne la plus fréquentée après le RER A.
 
Objectif : une meilleure coordination afin d'améliorer la régularité, l'information et la gestion des situations perturbées. Celui qui a été le directeur du projet de modernisation du RER B à la SNCF, assure se sentir « responsable vis-à-vis des clients et dans une posture d'écoute des 900 000 voyageurs quotidiens de la 2e ligne la plus importante du pays », a-t-il déclaré. L'arrivée de Jérôme Lefebvre sera suivie à l'automne du regroupement, dans un centre de commandement unique à Denfert-Rochereau, de l'ensemble des personnels qui supervisent en temps réel l'exploitation de la ligne (RATP, SNCF, RFF et DCF). Une sorte de tour de contrôle de l'ensemble de la ligne.

 

Cécile NANGERONI

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau