Les architectes font bouger les lignes - VRT du 1er décembre 2010

Le 18 novembre, les architectes de l'Atelier international du Grand Paris ont versé leur contribution à la question des transports du Grand Paris. Avec leurs 24 lignes de grand métro, l'exigence d'une gouvernance de la mobilité, le projet de ligne de métro en viaduc au-dessus de l'autoroute... ils jettent un beau pavé dans la mare.
Comme s'il n'y avait pas assez d'un double débat public, les architectes de l'Atelier international du Grand Paris ont mis les pieds dans le plat en présentant leur propre vision du futur réseau francilien de transport. Des propositions jugées « décoiffantes » par Pierre Mansat, l'adjoint au maire de Paris chargé de Paris Métropole et des relations avec les collectivités territoriales.
Et pourtant, on ne peut pas dire que le dossier des transports d'Ile-de-France était sagement peigné. Entre le coup de gueule de la Cour des comptes (voir page 22), la cacophonie des projets, et l'urgence que chacun ressent, on n'a pas le temps de s'ennuyer. Mais les deux projets concurrents mis parallèlement au débat public, Arc Express, et la Double Boucle, restent sur un terrain institutionnel et technocratique, dont les acteurs sont, outre l'Etat et le conseil régional, la Société du Grand Paris, le Stif, RFF, la SNCF ou la RATP. Les architectes donnent enfin du souffle à l'idée de Grand Paris. Et tant pis, ou tant mieux, s'ils ajoutent des dissonances à la cacophonie. Au point où on en est, autant aller jusqu'au bout et Roland Castro, à l'aise dans ce joyeux bazar qui devait lui rappeler ses jeunes années, n'a pu s'empêcher en ouverture de la conférence de presse du 18 novembre, de prendre le micro pour lancer un tonitruant « Camarades... »
Donc un vent nouveau. Que proposent les architectes? Comme le dit Bertrand Lemoine, le directeur général de l'Atelier international du Grand Paris (AIGP), c'est, plus qu'un projet, « un scénario, une attention, une esquisse pour aller vers... ». Une des grandes forces de ce scénario élaboré par dix équipes qui, justement, n'ont pas pour habitude de faire équipe, c'est qu'il est « partagé ».
Les architectes se sont appuyés sur trois principes. Un, interconnecter tous les modes de déplacement. Deux, s'appuyer sur l'existant, mais en lui donnant une vision globale, stratégique. Trois, desservir tous les territoires, en proposant un maillage à trois niveaux, ou à trois vitesses. On ne crée donc pas ex nihilo, mais conformément à ce qu'a demandé le chef de l'Etat, on va bâtir la ville sur la ville. Les 24 lignes de « grand métro » proposées existent pour la plupart ou sont en projet. Mais dans les projets, les architectes ont grappillé, choisi, modifié. On trouve un peu d'Arc Express, un peu de Double Boucle, et des idées nouvelles. L'exercice est d'autant mieux venu que, entre les deux rocades ferrées au débat, le temps est venu d'inventer la synthèse, exercice auquel s'est livré pour sa part Jean-Paul Huchon (voir page 20).
Selon Jean-Marie Duthilleul, l'enjeu est de « faire de ce territoire une ville », ce qui recoupe en grande partie la question: « comment bouger là-dedans », afin d'aller « de partout à partout ». La principale réponse c'est « le plan de grand métro du grand Paris ». Ce plan manifeste qu'on « est donc dans le même territoire. » La présentation de Duthilleul est complétée par les autres architectes: Christian de Portzamparc invite à sortir d'une logique « néoindustrielle », où l'on traite les questions par modes, pour avoir une « gouvernance de la mobilité ». Yves Lion veut en finir avec la confrontation SNCF - RATP. David Mangin rappelle la nécessité d'optimiser l'existant. Jean Nouvel, qui souligne qu'on a perdu du temps, considère maintenant que l'affaire est repartie, sans doute depuis que Christian Blanc, dont il avait demandé instamment le départ, a été contraint à la démission. Roland Castro juge que l'équipe, constituée de « 500 intellectuels », était marginalisée, mais qu'on assiste à un nouveau départ, à un acte fondateur. Les 24 lignes de grand métro illustrent la volonté de faire système. D'autant que l'objectif serait de les « cadencer », de faire plus précisément qu'elles passent à la fréquence d'un métro. Le système, on le verrait aussi sur les autoroutes urbaines, ouvertes à des lignes de transport collectif. La volonté de faire système, on l'entend encore dans des idées qui peuvent sembler naïves comme celles d'un seul et même opérateur en Ile-de-France. Techniquement cela fait sourire les vieux de la vieille du transport, qui voient bien qu'on confond autorité organisatrice et exploitant, mais on sent venir sous les fausses naïvetés l'exigence d'une autorité organisatrice extrêmement forte, ayant pouvoir sur tous les modes, et capable d'imposer sa volonté aux opérateurs.
Chez l'un d'eux, d'ailleurs, fortement réticent, on relève mezza voce les points faibles de cette vision. Par exemple, le viaduc de métro au-dessus de l'autoroute A86 et de lA1: on remarque qu'on n'a jamais fait ce type de réalisation sur une autoroute en exploitation, qu'on en ignore les coûts et les nuisances. On remarque aussi le faux-semblant qui consiste à présenter comme système unique cadencé un réseau fait de bric et de broc. Au moins les métros automatiques en débat, qu'il s'agisse de celui du Grand Paris ou d'Arc Express sont des systèmes cohérents... La société du Grand Paris, pour sa part, a prudemment rappelé qu'elle « prendra en compte tous les avis exprimés pendant le débat public pour établir le schéma d'ensemble du futur réseau de transport du Grand Paris. »
Qui va entendre les architectes? Ils ont été reçus par le chef de l'Etat, qui a demandé que soient examinées précisément des propositions qu'ils chiffrent à 25 milliards d'euros, 10 milliards de moins que les premières estimations... L'AIGP devrait trouver aussi un interlocuteur de choix en Paris Métropole, le syndicat d'études créé à l'initiative de Pierre Mansat, qui regroupe désormais 169 communes de banlieue, et se veut une agora des élus, de droite comme de gauche. Pas trop empêtrée pour l'instant dans les enjeux institutionnels, elle peut aussi faire bouger les lignes. Le nouveau président de Paris-Métropole Jacques J.P. Martin, maire (UMP) de Nogent-sur-Marne, était d'ailleurs présent à la conférence de presse de l'AI G P. Alors, avec dix stars confortées par 170 notables, est-ce que l'imagination va prendre le pouvoir? C'est Roland Castro qui serait content. Pourquoi pas les Parisiens du Grand Paris aussi?

Pour commencer à créer votre page, cliquez ici et entrez votre texte

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau