Le T3 prolongé jusqu'au nord de Paris - VRT du 26 décembre 2012

Le T3 prolongé jusqu'au nord de Paris

Six ans après l'ouverture du premier tronçon du T3, au sud de Paris, le tramway remonte désormais tout l'est de la capitale, de la porte d'Ivry à celle de La Chapelle. Sur 14,5 km et en 26 stations, 1 65 000 Franciliens y sont attendus quotidiennement. Deux fois plus que dans les bus sur le même parcours. Prochaine station: la descente progressive de Paris par l'ouest au départ du nouveau terminus.

 

Pour ce week-end de mise en service, le Stif offrait la tournée générale à bord des rames. Avec succès. Dès le samedi 15 décembre après-midi, il était bien difficile de trouver une place, sans temps d'attente, aux abords du cours de Vincennes... Le matin, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, le président du conseil régional d'Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, le PDG de la RATP, Pierre Mongin, avaient joué l'inauguration en pack serré, accompagnés de nombreux élus. « Tout cela transforme Paris et la métropole », s'enthousiasme Bertrand Delanoë, qui croit au succès grand public. Il estime « raisonnable de penser » que, sur l'ensemble du parcours, le T3, sur son « tapis vert » qui embellit es Maréchaux, pourrait rapidement accueillir 300 000 personnes au quotidien, dont 165 000 pour la seconde tranche.

Soit, selon les estimations de la RATP, deux fois plus que les bus qui desservaient jusqu'alors cette portion des boulevards. Et encore, la prudence s'impose, car on a appris à se méfier des estimations liées aux tramways qu s'avèrent souvent... très nettement sous-évaluées. Ainsi, le premier arc du T3, en service depuis 2006, accueille 137 000 voyageurs chaque jour alors qu'on en attendait initialement... 100 000.

Signe de l'affluence à venir, cette inauguration, sans fête ostentatoire, s'est jouée au milieu de très nombreux riverains, souvent agréablement surpris de voir arriver celui qui a jusqu'alors surtout occasionné des années de travaux, liés tant à la ligne elle-même qu'à tous les aménagements des alentours progressivement transformés.

C'est début 2009 que se sont engagés les premiers travaux de déplacement. On devrait vite oublier ces années de désagréments tant le projet, en de nombreux secteurs, a éclairci le paysage urbain. La Ville de Paris a consacré 150 millions d'euros à cet aménagement des abords - trottoirs, arbres, quartiers périphériques et piste cyclable-, dont 11 millions pour diverses « interventions » artistiques : « On a voulu que la beauté soit au rendez-vous », a souligné Bertrand Delanoë, martelant: « La beauté, l'art, la création ne sont pas réservés à une élite ».

Ce second tronçon du T3, sur 14,5 km, avec 26 stations, permet de relier, moyennant un changement, la porte d'Ivry (dans le XIIIe arr.), au sud-est de Paris, à la porte de La Chapelle, dans le nord. Plus qu'un tram parisien, c'est plutôt celui des habitants d'Ile-de-France, puisqu'on sait que, selon les prévisions de la RATP, 60 % des voyageurs de la partie nord devraient venir d'une banlieue avec laquelle il fait le lien avec la capitale.

Rappelons qu'il se situe dans la continuité du T3 des « Maréchaux au sud », qui relie depuis décembre 2006 le pont de Garigliano, dans le XVe, et la porte d'Ivry. Désormais, l'ensemble de la ligne fait 22,4 km, avec une particularité: ses deux arcs distincts, le T3a et le T3b, avec un changement de rame des deux côtés du cours de Vncennes. Cela répond à des raisons techniques: imiter les répercussions d'un incident éventuel sur cette ligne qui est la plus longue d'Ile-de-France, et donc bénéficier d'une meilleure régularité.

Alors que ce second tronçon vient d'être mis en service, la ligne voit déjà plus loin. Le prolongement de la porte de la Chapelle à la porte d'Asnières sera soumis à l'enquête publique, portée par le Stif et la Ville de Paris, début 2013. Bertrand Delanoë rappelle volontiers que cette mise en service est attendue fin 2017 Pour la suite, le maire qui ne sera pas candidat à sa succession se garde bien de répondre. Et c'est Anne Hidalgo, première adjointe de M. Delanoë, candidate (PS) à sa succession, qu le relaie pour se dire favorable à une prolongation au nord jusqu'à la porte Maillot, « un noeud névralgique très important », et au sud jusqu'à la porte d'Auteuil, « pour desservir le bois de Boulogne et les grandes enceintes sportives, le stade Jean-Bouin, le Parc des Princes, Roland-Garros, la piscine Molitor ». D'ici là, T3a et T3 b auront pu faire leurs - trop bons? comptes.

Pascal Grassart
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau