Entretien avec Alexis Bachelay

Alexis Bachelay, député des Hauts-de-Seine :

 « Vélib’ ou Autolib’ montreront ce que c’est que de vivre dans la métropole. »

 Ville, Rail & Tranports. La métropole aura compétence sur l’aménagement, mais vous expliquez qu’elle pourra s’occuper du Velib’ Que va-t-elle faire dans le domaine de la mobilité ?

Alexis Bachelay. Je prends l’exemple du Velib’, car la métropole pourra s’occuper de mobilité en complémentarité avec le Stif. Le service Velib’ ne peut pas s’étendre 1500 mètres au-delà du périphérique. Dans ma circonscription, à Colombes, Gennevilliers, les gens ne comprennent pas pourquoi ils n’ont pas de Velib’.  Pourquoi ? parce qu’on n’a pas de structure qui le permette. Demain, Velib’ montrera très concrètement ce que c’est de vivre dans une métropole.  Autolib, lui, est d’entrée dans le périmètre. Toutes les communes parties prenantes du syndicat sont dans le périmètre de la métropole. La métropole sera créée le 1er janvier 2016. Tous les documents d’urbanisme, les schémas ne seront pas prêts. Vlib’ et Autolib’  montreront tout de suite ce qu’est la métropole.

Ce sont des services ayant trait à la nouvelle mobilité. Il ne s’agit pas de se substituer au Stif. Mais celui-ci délègue déjà à des autorités de second rang. Le montage nouveau, d’une intercommunalité à 124 communes, pourra permettre d’assurer des services, ou d’imaginer de futures lignes de bus.

Il y a un espace cohérent en proche banlieue, il y a énormément d’échanges au cœur de cette zone.  Il y a aura une coproduction à inventer.

VR&T. N’est-ce pas un problème, d’avoir un périmètre différent pour le transport (la région) et le logement (la métropole) ?

A. B. Différent . ? Oui et non. Pour les transports, une échelle régionale doit demeurer. Les fondamentaux ne sont pas remis en cause et le Stif est maintenu. Mais, on voit bien que le tronçon sud de la ligne 15, par lequel va commencer la réalisation du nouveau métro, est un projet presque uniquement métropolitain. Voyez son tracé. On est en totale cohérence avec le renforcement des transports qui va se faire d’ici 2025.  Il y  un manque cruel de logements, et ce n’est pas dans Paris Intra muros qu’on va trouver des réserves foncières. Il y en a en première couronne, au plus près des lieux de travail des gens. Nous raisonnons en pôles de développement, et nous allons nous appuyer sur un réseau de transport puissant et fiable.

Pour  les  contrats de développement territorial (CDT, ce que nous proposons, c’est qu’ils s’intègrent dans les futurs territoires,  que les territoires s’articulent autour des anciennes intercommunalités et des CDT. Il y avait des intercommunalités mais pas partout, des CDT, mais pas partout, certains CDT correspondent à des intercommunalités et d’autres pas du tout. Nous allons remettre de la cohérence où il y avait  de la complexité.

 VR&T. On vous accuse de supprimer avec les intercommunalités existantes un échelon démocratique.

A. B. Si on met de côté Plaine commune, on a de grandes difficultés à trouver des territoires pertinents.  S’il n’y avait eu que des Plaine Commune, nous n’aurions pas proposé ce que nous proposons. Les territoires vont continuer la logique amorcée par les intercommunalités. Mais on ne pouvait pas bâtir avec une sorte de super Paris Métropole.

Et puis, il n’y a rien de moins démocratique que les intercommunalités telles qu’elles existent. Les représentants de la métropole seront élus au suffrage universel direct en 2020. Il faut en finir avec l’intercommunalité à la papa.

Propos recueillis par François Dumont

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau