Dernier acte de la modernisation du RER B Nord

 Plus que deux mois et le plan de modernisation de la partie nord du RER B (appelé RER B Nord+), lancé en 2008, sera fini. Dernière étape : l'installation d'un nouveau système de signalisation. Dès le 2 septembre, 20 trains omnibus par heure et sur voies dédiées (soit un train toutes les 3 minutes) pourront circuler pendant les heures de pointe. Mais avant cela, les travaux, débutés depuis le 10 juin, perturberont le trafic. « En moyenne, 90 000 voyageurs empruntent chaque jour le nord du RER B, entre le 15 juillet et le 30 août », affirme Bénédicte Tilloy, directrice générale de SNCF Transilien. Dans un premier temps, seuls les trains du soir seront remplacés par des bus de substitution jusqu'au 30 août. Mais, du 15 au 17 août aucun train ne circule entre La Plaine-Stade-de-France et les terminus (Aéroport-CDG 2 et Mitry-Claye).
 
Alors, la gare de La Plaine-Stade-de-France se transformera en pôle intermodal. Cinq lignes de bus, fonctionnant entre 5h et 1h du matin, prendront le relais, dont une fera directement la navette avec l'aéroport Charles-de-Gaulle. De plus, des bagagistes aideront les voyageurs afin de mettre leurs bagages dans les soutes des cars.
 
En heure de pointe, un bus partira toutes les 30 secondes. Sur le parvis, de grands totems indiquent l'emplacement de chaque ligne de substitution. 40 agents SNCF seront présents à La Plaine-Stade-de-France afin d'orienter les voyageurs. « Nous travaillons main dans la main avec Aéroports de Paris (ADP) et l'office de tourisme de Paris afin de diffuser l'information aux touristes venant de l'aéroport de Roissy », conclut Bénédicte Tilloy. En tout, 250 bus sont mis à disposition pour assurer l'intérim du RER B.
 
« Nous faisons face à deux exigences : celle du rattrapage d'un réseau vieillissant mais aussi celle de l'accroissement du trafic et de la demande », poursuit Jean Faussurier. Chaque jour, 7 500 trains circulent en Ile-de-France, transportant 3 millions de personnes sur un réseau qui a plus de trente ans. 40 % des circulations ferroviaires se font en Ile-de-France. « Du 15 juillet au 31 août, nous avons moins de trafic que dans le reste de l'année », affirme Philippe Martin, directeur adjoint de la RATP, qui prévoit une dizaine de chantiers sur le réseau de la régie, cet été (voir ci-contre). « Au cours de ces travaux, nous allons travailler sur l'information voyageurs en amont. » Même son de cloche à SNCF Transilien : priorité à l'information voyageurs. « Il ne faut pas que les usagers se retrouvent perdus », prévient Bénédicte Tilloy en détaillant le plan de communication de l'entreprise : « Informer le plus tôt possible les voyageurs implique l'utilisation de l'ensemble des canaux d'information. » Les fils Twitter et les sites Internet (transilien.com ou ratp.fr) sont mis à contribution, auxquels s'ajoutent les alertes infos via SMS et applications. De plus, un million de tracts ont été diffusés et 350 gilets rouges sont présents en gare afin de guider les voyageurs vers les moyens de remplacement.
 
Bête noire des usagers : les arrêts de circulation, synonymes de bus de substitution et de galère. Entre juillet et août, on en dénombre une dizaine dans la région parisienne. « Les coupures de circulation permettent d'accélérer la modernisation du réseau », explique Jean Faussurier. A l'exception du RER C entre Invalides et Paris-Austerlitz dans le cadre son programme « travaux Castor » (voir encadré), ces interruptions ne durent que quelques jours, comme sur la ligne H du 24 au 25 août, ou suppriment les derniers trains, comme sur la ligne J jusqu'au 6 septembre. Là, des services de bus de substitution sont mis en place, comme à La Plaine-Saint-Denis (voir encadré). Cet été, 14 500 rotations de bus de remplacement vont être effectuées en Île-de-France. « Même contraignants pour les usagers, ces travaux sont nécessaires pour une meilleure ponctualité de notre offre », conclut Bénédicte Tilloy. Verdict à la rentrée.
 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau